seul ce qui brûle

christiane singer / julie delille / théâtre des trois parques

Pour sa troisième création, Julie Delille, artiste associée à la maisondelaculture, poursuit sa réflexion autour des récits initiatiques, entamée avec Je suis la bête d’Anne Sibran. Elle s’empare cette fois du texte incandescent de Christiane Singer, Seul ce qui brûle.

 

Dans ce roman épistolaire, l’autrice s’inspire d’une nouvelle de l’Heptaméron de Marguerite de Navarre et nous transporte dans l’Allemagne du XVe siècle. Lors d’un dîner chez le seigneur Sigismund d’Ehrenburg, le sieur Bernage, émissaire du roi Charles VIII, assiste au rituel macabre qu’inflige son hôte à sa jeune épouse, Albe. Il interroge le maître des lieux et découvre l’histoire d’amour passionnelle qui lie ces deux êtres, au-delà de leurs prisons respectives. D’une écriture ciselée, Christiane Singer dissèque l’aveuglement du mari, rongé par la jalousie et l’enfermement de la jeune femme, qu’elle dépasse en accédant à la sagesse. De cet amour absolu et destructeur jaillissent alors rédemption et renaissance. Avec la sensibilité à fleur de peau qu’on lui connaît, Julie Delille adapte et met en scène ce conte initiatique dans une scénographie tout en transparence propice aux déambulations des corps et des âmes.
Elle confie les rôles d’Albe et de Sigismund à Lyn Thibault et Laurent Desponds qui nous entraînent aux tréfonds de cette passion dévorante entre ténèbres et lumière. Profond !

 

PREMIERES FRANCAISES