sabordage

collectif mensuel / nicolas ancion

Après le spectacle Blockbuster*, parodie explosive du capitalisme, le Collectif Mensuel s’attaque à la surexploitation de notre planète. Avec son humour contestataire inimitable, il nous conte l’histoire vraie d’un miracle économique qui finit en désastre écologique.

 

Sabordage raconte le destin de Nauru, un îlot paradisiaque, perdu au milieu de l’océan regorgeant de gisements de phosphate. Dès cette découverte, les humains ont mis à sac les ressources, avec une obstination qui n’a d’égale que la bêtise. Dans un dialogue constant entre l’écran et la scène, les comédiens et les musiciens déploient des trésors d’inventivité pour donner vie à l’histoire de la planète surexploitée. Musique live, séquences télé détournées, vidéos montées en direct et bruitages rythment le spectacle en décalant le propos avec humour et impertinence. Dans une formidable débauche d’énergie, le Collectif Mensuel remixe en version rock’n roll cette allégorie du destin de notre Terre. Edifiant !

* accueilli en 2017

 

La remarquable inventivité du collectif est mise au service de la complexité d’un sujet dont il faut admettre qu’il n’est pas aisé à aborder sur scène sans en saborder la portée. […] La mise en scène dynamique, ponctuée d’intermèdes musicaux empruntant à des registres divers, est d’une réjouissante vitalité.
La Terrasse, Marie-Emmanuelle Dulous de Méritens, 26/09/2019

Avec impertinence, liberté totale et acuité, Sabordage met sur le devant de la scène et à l’écran l’urgence climatique inlassablement reléguée à l’arrière-plan des débats. Dans une forme hybride et stimulante mêlant musique live, bruitages, projections de séquences télé braconnées et faux dialogues, les trublions liégeois racontent l’histoire d’une petite île qui coule à pic.
Brestculture.fr