pillowgraphies

danses pour fantômes et lumière noire

cie la bazooka

Croyez-vous aux fantômes, ces spectres revêtus d’un long drap blanc découpé de deux trous pour les yeux ? La compagnie La BaZooKa les libère de leurs chaînes et orchestre leurs mouvements en un joyeux ballet indiscipliné.

 

Sur le plateau nimbé de lumière noire, sept revenants apparaissent l’un après l’autre, flottant à quelques centimètres du sol. De courses folles en files indiennes, de complots en explosions soudaines, cette communauté d’ectoplasmes se livre à une danse hypnotique et jubilatoire. Sarah Crépin et Etienne Cuppens, fondateurs de la compagnie La BaZooKa, s’amusent à construire et déconstruire ce ballet fantomatique. Ils y glissent des références comme la chorégraphie de Maurice Béjart sur le Boléro de Ravel ou des séquences inspirées de compositions du chorégraphe américain Merce Cunningham. Pillowgraphies est une réjouissante initiation à la danse contemporaine pour les plus jeunes et l’occasion de retomber en enfance pour les grands. Même pas peur !

 

Merveilleuse construction/déconstruction pour cette pièce, où le plaisir de l’illusion laisse place à celui de la danse et aux hypnotiques mouvements des corps.
Télérama, Françoise Sabatier-Morel, 31/10/2018

De la traversée fantomatique resurgit un véritable travail chorégraphique, une écriture de l’espace et une recherche de corporéité d’une grande finesse, le tout nourri de belles références. C’est joyeux et intelligent, et les multiples lectures combleront petits et grands.
Ballroom, Nathalie Yokel, 12/2018