Le Journal d’Adam et Eve

Fantaisie pour deux acteurs d’après Mark Twain

Mark Twain / Julie Delille / Théâtre des trois Parques

Comment se sont rencontrés Adam et Ève dans le jardin d’Eden ? L’écrivain américain Mark Twain lève le voile sur cette mystérieuse question. Cet éternel bourlingueur, devenu célèbre grâce aux Aventures de Tom Sawyer et Huckleberry Finn, est l’auteur des journaux intimes de nos deux illustres ancêtres, écrits séparément à douze ans d’intervalle.

Dans ces contes philosophiques, Twain jette un regard satirique sur La Genèse qu’il revisite avec humour. Cette curiosité littéraire demeure d’une étonnante modernité, notamment sur les rapports homme-femme. Dans le jardin, Adam végète dans une tranquillité oisive et voit d’un mauvais œil l’arrivée de celle qu’il prend tout d’abord pour un nouvel animal. Ève, bavarde intarissable, en proie à une curiosité exacerbée, poursuit Adam pour tenter d’instaurer le dialogue.
Artiste nouvellement associée à la Maison de la Culture, Julie Delille, metteuse en scène et comédienne, retrouve autour de ces textes Baptiste Relat, compagnon de promotion à l’école de la Comédie de Saint Etienne. Avec la complicité de Mélissa Barbaud, ils entrelacent les extraits des journaux intimes et les adaptent pour la scène.
Dans cette fantaisie pour deux acteurs, Julie Delille et Baptiste Relat endossent avec jubilation les rôles d’Adam et Ève. Dans une jungle de bambous, ils partent à la découverte de cet Eden qui regorge de délicieuses surprises.
Bienvenue au Paradis !

 

 

La mise en scène est subtile, la pièce d’un seul tenant, les complaintes jouées par les deux acteurs s’enchaînent avec légéreté alors que le propos général donne quand même à réfléchir sur les relations homme-femme. (…) Le décalage entre leurs deux visions du monde prête à rire, mais l’œuvre comporte un fond philosophique compréhensible par tous, petits ou grands, car le langage employé et les notions sont simples.
Nous en Boischaut Sud, 06-2018