Chronique #59

Yann Galut visite le vaisseau amiral

Dessins : Cathy Beauvallet
Texte et son : Dominique Delajot

 

Mardi 1 er décembre, début d’après-midi, entrée du chantier rue Jean Bouin. La froidure d’hiver en invitée n’occulte pas la volonté des visiteurs autour de Yann Galut, maire de Bourges et Yannick Bedin, maire adjoint à la Culture.

Masqué et casqué de rouge, à la mode Duplo® à l’insatisfaction générale, mais la sécurité avant tout, guidé par Olivier Atlan, le directeur de la Maison, le groupe s’engage dans ce qui sera bientôt et dans ce qui est déjà, le creuset de la création artistique en matière de spectacle vivant.

 

Objectif ? Montrer au premier magistrat de la ville, le nouveau vaisseau amiral.

Bienvenue à bord !

 

 

Nous aimons le répéter, ce qui se passe ici, ce n’est pas rien. Bourges est dans le starting-block prête pour la candidature au titre de Capitale Européenne de la Culture en 2028. Depuis plusieurs années Yann Galut défend cette idée. Bien avant avoir été élu, le maire, dont l’enfance fut bercée par l’offre culturelle berruyère, a imaginé placer la cité de Jacques Cœur au rang des grandes villes culturelles de France. C’est son crédo, sa vision, une de ses priorités d’élu. Il le dit et le répète.

 

 

« La culture fait partie de l’ADN de Bourges », nous explique Yann Galut. Expression qui nous amène à considérer la spirale culturelle comme une énergie vitale qui doit animer les esprits au centre de la France, et ce n’est pas qu’une image sympa. Outre le fait qu’il est sain de l’évoquer, il est aussi nécessaire d’aborder le sujet sous ses multiples facettes. Le maire de la ville place la culture comme un fer de lance car elle crée du lien social, mais également de l’économie et joue un rôle primordial en matière d’éducation. Ainsi, la ville s’est tracée un chemin qu’elle compte bien suivre jusqu’au bout.

 

Quand une cité candidate à l’échelle européenne, en vue d’être capitale de la Culture, elle fait tout son possible pour se doter d’équipements à la hauteur de son ambition. Et c’est là, que l’idée du maire puise une de ses sources, car Bourges possède déjà de très beaux équipements et une très belle offre dont cette nouvelle Maison 2028 capitale européenne de la Culture.