Le jardinier et les marais

Chronique dessinée # 44

Dessins : Cathy Beauvallet
Texte : Dominique Delajot
Invité : Gilles Clément

 

 

Gilles Clément, jardinier et paysagiste

 

Après la première édition d’Une saison dans les marais, la maisondelaculture avait programmé une exposition, un second rendez-vous dans ce lieu remarquable, étonnant, que sont les marais de Bourges. Le vernissage n’a pas eu lieu, confinement oblige, la nouvelle exposition est reportée. Trois artistes étaient invitées : Laurence Bernard, Karine Bonneval et Francine Michel, trois femmes, trois axes de travail. Nous n’en dirons pas plus, nous consacrerons la prochaine chronique à Karine Bonneval.

Cette vaste étendue des marais de Bourges, cette vaste étendue de 135 hectares, joue la péninsule en milieu urbain, ces marais font du citadin un randonneur de campagne, un flâneur et parfois même un maraîcher. Ici le jardin est souvent vivrier, c’est une autre culture, d’ailleurs l’origine du mot culture nous rappelle les labours et les travaux des champs. Ce territoire est une sorte d’entre deux, un territoire maîtrisé mais qui joue la référence. Là, nous sommes un peu ailleurs, un peu plus en nature, et ça fait du bien à nos égos de rester de temps à autre aussi intelligemment au ras des pâquerettes.

 

 

Gilles Clément : “Le jardinier place le vivant avant toute chose”

 

Le jardinier le sait, il intervient avec la nature, il ne domine pas, il ne maîtrise pas, il concilie, il met en accord. Le vrai jardinier sait faire cela. Les marais nous ouvrent sans doute un autre territoire, c’est d’ailleurs le propre de la culture, le territoire nous amène à faire avec l’autre mais pas seul et dans ce rapport le temps joue un grand rôle. Alors, en attendant nos artistes dans ces marais, pausons, et comme le conseillait Jacques : « mangeons sur l’herbe, dépêchons-nous…

 

 

Gilles Clément : ” Toujours la vie invente”

 

 

carnets de bord