oh gaby !

Chronique dessinée # 27

Ce samedi 15 juin, dès 14 heures, nous avons partagé nos rêves sous un ciel incertain en partant à la conquête de territoires urbains aussi éloignés que les « algues et les coraux ».
Nous avons aimé regarder les sourires des danseuses et des rares danseurs, leurs gestes épanouis, leurs tensions maîtrisées.

L’après-midi s’est étiré au gré d’une déambulation imaginée et orchestrée par le chorégraphe Jean-Claude Gallotta. Comme le temps passe lentement quand il est de bonheurs ponctués avec des corps qui dessinent des arabesques dans des ilots de choix, « ça fait craquer ».

 

Des épicentres de culture ainsi célébrés par un « chemin de danse », il fallait l’inventer ! Et avec ça, clôturer le tout par un happening du public, animé par le célèbre danseur place Séraucourt, il fallait oser. « Au feu les pompiers » !

Et puis 19 heures a sonné, « Gaby oh Gaby », comme un mot de passe, encore ces mots passent et repassent et maintes fois répétés ce samedi ils ont fait bouger des centaines de personnes avec un tempo rythmé par la voix de Jean-Claude et la musique d’Alain, sublime Bashung.

 

 

Nous avons dansé aux pieds d’une bâtisse en devenir, d’un chantier imposant et nous avons imposé presque imprimé la trace d’un public « qui voudrait bien qu’on l’aime », et on l’aime ! Il faut savoir « dire stop ! ». Alors la danse s’est arrêtée, il était un peu tard, certains ont allumé une clope et sont repartis en chantant « Gaby oh Gaby, j’peux pas dormir… » etc, etc, etc

Bonnes vacances !

 

Dessins : Cathy Beauvallet     Texte : Dominique Delajot